Route de Patrick Gerassi


Ver mapa más grande

A – Promenade à Vigo

Nous commençons notre périple dans la ville de Vigo par Samil, la plus grande plage de la ville de Vigo. Depuis cette plage longue de 1 700 mètres, on peut apercevoir les Îles Cíes.

ABC

Depuis Samil, nous nous dirigeons en longeant la côte vers le centre-ville de Vigo. Nous y découvrons les superbes arcades de la rúa Ribeira do Berbés, qui fut le centre de Vigo. Nous poursuivons notre route jusqu’au Real Club Náutico de Vigo, fondé en 1906 et de style rationaliste. À quelques mètres du RCN, nous pouvons voir une statue en bronze représentant l’écrivain français Jules Verne, ambassadeur littéraire de Vigo, qui dédia un chapitre à « la baie de Vigo » dans son roman « Vingt mille lieues sous les mers ».

DE

FG

Depuis As Avenidas, nous nous dirigeons vers « A Pedra » le début du « Casco Vello » (la vieille ville). Nous traversons la rúa da Peixería également connue sous le nom de « Rúa das Ostras » où l’on peut consommer dans les bars avoisinants, les célèbres huîtres d’Arcade ouvertes sur le moment par d’aimables vendeurs.

HIJ

Nous continuons par une montée vers le « Casco Vello » pour y admirer la Casa de Ceta ou de Arines. Il s’agit d’un hôtel particulier du 15ème siècle, de style gothique tardif. Actuellement, la Casa de Ceta, ainsi que le bâtiment adjacent de Pazos y Figueroa, est le siège de la Fondation Camôes, équivalent portugais de l’Institut Cervantes.

Nous poursuivons notre périple dans le « Casco Vello » de Vigo pour y découvrir la petite Place de Peñasco et ses maisons ornées de fleurs. Nous avons l’impression de nous trouver dans un village fleuri et non en plein centre de la ville la plus peuplée de Galice.

Nous croisons la rue Elduayen et y visitons le Pinacothèque Francisco Fernandez del Riego. Le bâtiment (l’ancien manoir Pazo Arias Taboada)  est aussi splendide que la grande variété de  ses collections de peinture et de sculptures (œuvres de 83 artistes galiciens qui débutent vers la moitié du 19ème siècle pour aboutir aux années quatre-vingt).

Imagen3Imagen4

 

B – Le Castro

Nous grimpons vers le mont du Castro (altitude de 80 mètres) situé dans le centre de Vigo. Nous nous promenons désormais sur la Promenade Alvarez Blásquez.  Le Castro est l’un des parcs les plus grands de la ville de Vigo. Nous visitons le village fortifié (l’origine de Vigo) et ses restes archéologiques qui datent du 2ème et 3ème siècles avant Jésus Christ  et qui sont parsemés sur le versant droit du mont. On y trouve également deux répliques de constructions en pierre.

Imagen5Imagen6

 

 

C – Les vues

Depuis le Castro, les vues sur l’estuaire de Vigo sont superbes.  Les fortifications du Castro furent construites au Moyen-âge. Les fortifications qui surplombent le mont sont devenues aujourd’hui un mirador.

Imagen7Imagen8

Imagen9Imagen10

Depuis le mont du Castro, nous arrivons au manoir de Castrelos, construit au 17ème siècle. Déclaré monument historique artistique, le manoir est entouré de jardins de styles français et anglais. Le manoir abrite le Musée Quiñones de León qui conserve une des plus belles collections permanentes de peinture galicienne ainsi qu’une intéressante section d’archéologie.

Imagen11Imagen12

Imagen13Imagen14

Près du manoir de Castrelos, se trouve l’église de Santa María, un véritable joyau de l’art roman (1216). Nous y découvrons l’ornementation extrêmement soignée de sa porte  occidentale. Mais n’oublions pas de contempler le pont médiéval et le calvaire qui s’y trouvent et datent du 17ème siècle.

Vigo possède deux autres joyaux de l’art roman, l’église de San Salvador de Coruxo et l’église de Santiago de Bembrive. Mais également, bien que n’étant pas de style roman, la jolie église de San Pedro de Sárdoma, dont la construction débuta en 1738 et qui a tout autant de charme.

Imagen15Imagen16Imagen17

Depuis Castrelos, nous longeons la route de Valladares jusqu’au mont Alba. C’est l’un des monts les plus hauts qui entourent Vigo. Depuis le parc-mirador d’Alba, nous découvrons une vue extraordinaire de Vigo et de son estuaire.

Dans son livre « As I Walked Out One Midsummer Morning », le célèbre poète et écrivain  britannique Laurie Lee y raconte son arrivée par la mer jusqu’à la ville de Vigo en 1934 pour visiter l’Espagne et, avant de pénétrer à l’intérieur de la péninsule, jette un dernier regard sur l’estuaire de Vigo depuis un mont. Cela ne m’étonnerait pas que cette scène se déroula sur le mont Alba.

Imagen18Imagen19

Nous descendons désormais du mont Alba pour prendre la Estrada da Escola da Sobreira-Val qui mène au campus de l’université de Vigo (UVIGO), à Lagoas-Marcosende. La conception urbanistique du campus et son aspect définitif sont l’œuvre de l’architecte Enric Miralles.

Depuis le campus, nous profitons de superbes vues qui englobent le mont du Galiñeiro, majestueux sanctuaire de paix et d’harmonie écologique.

C’est ici que s’achève cette proposition de promenade dans le cœur de Vigo.

Imagen20